Catégories
ITW MUSIC

You Are Number Six dévoile son EP “Don’t you like my lipstick”

Rencontre avec “You Are Number Six“, un artiste qui t’emmène dans les 80’s avec ses morceaux mélancoliques autour d’un joli mélange d’indie, de new wave et de rock. Produit par les maisons de disque Tree Machine records et Slynt Records (son propre label), le musicien en est à son sixième EP avec les quatres morceaux que contient “Don’t you like my new lipstick“. Un EP que tu dois impérativement écouter en ce mois d’août où la nostalgie de l’été commence à se faire sentir.

En attendant, on a voulu en savoir plus sur l’artiste.

Peux-tu nous faire une petite présentation de toi et de ton travail?
J’ai 23 ans, je suis né le 06/06, et j’aime les chips mexicains et autres chips au paprika plus que tout. A part ça, entre deux poignées de chips, je fais de la musique sur souncloud sous le nom de YOU ARE NUMBER SIX, une musique très 80s, un mélange de synthpop, new wave, avec une pincée de post punk. Pour l’instant, j’ai sortit 6 Eps sur différents labels, d’abord Young Cubs (USA) puis Emerald and Doreen (Allemagne) en 2015 et récemment Tree Machine Records (USA) pour le dernier EP. J’ai aussi produit certains de ces EP avec le label que j’ai fondé en 2014 avec ma pote Lucie, Slynt Records, sur lequel ont déjà signé les italiens d’Heclysma et les Montpellierains de Gliese & Kepler. On a aussi monté en projet avec un Pun Collins, « lights of the coast », avec lequel j’ai sortit un EP sur Emerald and Doreen en 2015. Pour l’instant le projet est en stand-by, mais pourquoi pas le reprendre un jour. Pour en revenir à You Are Number Six, je compose toutes les tracks dans ma chambre, accumulant au fur et à mesure de plus en plus de synthés, guitares et matos en tout genre. Je travaille surtout sur ordi, avec FL Studio, avec lequel je gère les samples de batterie et j’enregistre / mixe / masterise les morceaux. Enfin, je fais aussi participer autant que possible mes proches, comme ma petite soeur qui chante sur Summer Ends ou Tropic of Love et ma copine sur le nouveau side-project Little Dinosaurs (du nouveau à venir avant la fin de l’année si tout va bien..).

Ca fait combien de temps que tu fais de la musique?
J’ai commencé à jouer de la musique avec des amis quand j’étais au lycée, comme beaucoup d’autres teenagers, et j’ai pris quelques cours de basse puis de guitare, juste le minimum vital histoire de pouvoir jouer et draguer en soirée.

J’ai enregistré mes premiers essais pour You Are Number Six il y a quelques années. J’avais enregistré des morceaux de chansons sur un 8 pistes pendant un an, dont certaines ont fini sur le premier EP, et j’ai envoyé tout ça sur soundcloud en octobre 2013. Peu après, j’ai été repéré par le label Young Cubs, d’Austin, avec lequel j’ai signé le premier EP, WERD TALES. Depuis j’ai continué sur ma lancée avec 5 autres Eps, dont le dernier VHS DREAMS vient de sortir sur le label Tree Machine Records, d’Indianapolis, résolument plus éléctro et encore plus 80s que les précédents EP.


Qu’est-ce qui t’as permis de concrétiser le projet?
La présence et la confiance inconditionnelle de mes proches, ainsi que le support des blogs qui me suivent depuis un moment : sans aucune aide, il est devenu presque impossible de s’en sortir dans la musique, c’est vraiment un travail collectif, une vraie petite équipe est derrière moi…

Que signifie le numéro six pour toi?
Quand il a fallu trouver un nom pour mon projet solo, je voulais quelque chose qui parle à tout le monde, mais aussi quelque chose de très personnel . Je suis né le 06/06, et je pensais que ça pourrait être bon de garder cette singularité dans le nom. Puis, un jour, quand je faisais tout sauf écouter ce que disait mon prof d’anglais à la fac, je me suis souvenu de cette série particulière, Le prisonnier, que je regardais avec mon père quand j’étais plus jeune. Et, après un rapide check-up sur wikipédia, il s’avère que le personnage principale se fait appeler Numéro 6, et qu’une des phrases culte de la série est « Vous êtes le Numéro Six ». D’où le You Are Number Six !

Pour moi, cette série représente les années d’or de la culture pop et kitsch sci-fi, c’est la prise de conscience que personne n’est unique : oui ça fait mal de le dire, mais on est tous des numéros !

Ta musique nous fait penser à d’anciens groupes connus dans les 2000’s tels que MGMT, The verve, Kings of Leon, Oasis,  ou même The strokes… ce sont des artistes que tu affectionnes?
Bon, au risque de me faire des ennemis, je suis beaucoup plus Blur qu’Oasis, j’adore ce côté kitsch très british, qu’on retrouve aussi chez Pulp et autres. J’ai grandi en écoutant du post-punk des 2000s, Franz Ferdinand, The Strokes (bien vu pour les influences) etc .. Plus tard, j’ai découvert des groupes plus anciens et fondateurs, du Velvet Underground à Joy Division en passant par les Smiths. Parmi les artistes contemporains, je me sens très proche du travail que font des groupes comme Arcade Fires ou The Horrors pour redonner aux sonorités new wave leur gloire passée. These New Puritans, MGMT, Kasabian, Vampire Weekend, The Drums sont aussi dans ma top list. Et certes il y a la musique, mais pas seulement. Je puise beaucoup dans les films de SF comme Tron, Blade Runner, Rencontre du troisième type, et la littérature bien sûr, d’Oscar Wilde à HG Wells.


À quel public t’adresses tu particulièrement?
A priori aux amateurs de musique kitch 80s, de synthés et de guitares pleines de delay, donc je dirais du jeune hypster de 20 ans au vieux fan de Depech Mode de 50 ans. 😉

Qu’as-tu envie de retranscrire à travers ta musique?
J’essaye autant que possible de créer une atmosphère à la fois dansante, du style fête du samedi soir et boules à facettes, et mélancolique. J’aime écrire sur le quotidien, des histoires d’amour qui finissent mal, des questions existentielles adolescentes, en ancrant ces histoires banales dans un contexte merveilleux, limite fantastique comme dans Gingerbread Man ou Palimpsest (une histoire d’amour en mode conquête spatiale). Et surtout j’essaye que chaque chanson soit une sorte de condensé de mes sentiments du moment, à un instant T de la vie, pour pourquoi pas faire ressurgir chez l’auditeur le souvenir de ce sentiment, que ce souvenir soit agréable ou non. Le but étant de faire voyager ceux qui m’écoutent entre le/leur passé, présent et futur.


On aimerait bien te voir sur scène, t’as prévu des trucs?
Pour le moment je me concentre sur ma dernière année de licence d’informatique (je sais c’est pas ultra sexy) et l’année prochaine, direction Paris pour le grand saut, à savoir commencer les concerts (enfin!). J’ai super hâte de confronter ma musique à un public en chair et en os, plutôt que de compter les kilos de like. En bref, ce sera le moment de faire réellement vivre ce que j’ai composé pendant toutes ces années.


Quelle est la suite pour “You Are Number Six” ?
La suite, dans un avenir immédiat, c’est bien sûr de nouvelles tracks et (j’espère) de nouveaux EP à venir, puis comme dit plus haut, la prochaine étape sera les concerts. Bref, on se tient évidement au jus pour ça, mais il faudra patienter encore une année avant de venir me faire un petit coucou sur scène..

 [soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/230808664″ params=”color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true&visual=true” width=”100%” height=”300″ iframe=”true” /]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *